De tocard nullissime à star du web

A l’heure du web 2.0 et du tout informatique, il est désormais possible de doper la visibilité d’une page internet, d’un clip vidéo ou d’un profil de réseaux sociaux, en s’achetant des « vues » sur des plateformes spécialisées dans la « simulation de réussite » et l’ « encouragement de buzz ».

Sur le net, comme tout le monde le sait, les pages qui sont les plus visitées sont aussi celles qui apparaissent en premier lors de recherches sur des serveurs comme Google ou Youtube, ce qui augmente encore leur popularité. Dans ce cercle vicieux donc, le meilleur moyen d’avoir du succès, c’est précisément d’en avoir.

Faire croire qu’on est connu et apprécié est désormais à la portée de toute personne nantie de la conviction profonde d’avoir un talent hors du commun.

Un internaute lambda peut par exemple enregistrer un clip minable en chantant comme la Castafiore, le poster sur Youtube dans le but de s’ouvrir la voie d’une grande carrière solo, et, voyant bien que le succès escompté n’est pas au rendez-vous, faire appel à Ytnuke.com ou ticviews.com,  obtenir contre rémunération des centaines d’admirateurs fictifs, le plus légalement du monde. Ses statistiques impressionnantes lui vaudront ensuite, après quelques temps, d’être en une des sujets les plus recherchés et d’apparaître en tête de liste des clips sur lesquels on « tombe » par erreur au hasard d’une recherche google.

Dans le même ordre d’idée, un mauvais restaurateur peut se payer des fans Facebook sur get-likes.com et faire passer son bouiboui minable pour un restaurant gastronomique à la ratatouille aux échalotes de Provence incontournable.

Face à ce phénomène, la seule parade qui existe est de se fier à ses cinq sens et à son bon sens pour distinguer le valable du minable, le talent de l’imposture. Mais si, pour un adulte en âge de couper son pain tout seul, cela ne pose pas de problème majeur, quant est-il des plus jeunes, dont le recul face au phénomène informatique est des plus restreint ?

A l’heure ou les dérives du net font le buzz, un effort conséquent a déjà été fait dans l’optique de conscientiser les gens à l’utilisation des contenus du web. Mais s’il est déjà compliqué de distinguer le vrai du faux concernant une information « neutre », isolée, non-commentée (de type wikipédia), que faire des contenus que l’apparente célébrité rend plus attractifs, faisant vibrer en nous la corde du conformisme et nous poussant à imiter et à aimer ce que des milliers de gens avant nous ont déjà encensé ?

Source : Vigousse (le petit satirique romand), 16 novembre 2012.

Copyright © 2013 Martin BERNARD. Tous droits réservés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :