Dans les coulisses de l’enquête du Monde sur l’utilisation de chlore en Syrie

Après les attaques au Sarin d’août 2013, le régime syrien de Bachar Al-Assad est accusé d’avoir aussi utilisé du chlore sous forme de gaz chimique sur son territoire. Une enquête menée par Le Monde révèle que la France, la Grande Bretagne et les États-Unis possèderaient la preuve de cette utilisation. Explications et retour sur les coulisses de cette enquête avec Jacques Follorou, un des journalistes qui l’a menée.

Après le sarin, le chlore. Selon une enquête du journal le Monde, publiée mercredi 4 juin 2014, la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis seraient en possession des preuves formelles de l’utilisation de chlore par le régime syrien, sous forme de gaz chimique, dans des zones contrôlées par des rebelles à Bachar Al-Assad.

SONY DSC

John Kerry, le secrétaire d’Etat américain, en marge d’une réunion du groupe des « Amis de la Syrie » qui se tenait à Londres en avril, révèle avoir vu des « données brutes » attestant l’utilisation de gaz chlorin.

L’enquête, débutée en avril suite à des allégations du ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius, reprises ensuite par son homologue américain John Kerry, est le résultat « d’un travail collectif de longue haleine qui a pris plusieurs mois » indique Jacques Follorou. « Comme avec celle sur le gaz sarin, après avoir recueilli plusieurs témoignages et recoupé de nombreux indices, nous sommes arrivé à l‘information qu’il y a eu validation scientifique et expertise de laboratoire montrant que le régime de Bachar al-Assad a bien utilisé du chlore contre sa population ». Le laboratoire en question est issu du Centre d’étude du Bouchet, lié à la direction Générale de l’armement.

Ce que le Monde a prouvé

A l’aide de témoins sur place, comme des médecins et des membres d’ONG, mais également grâce à des contacts au sein de l’Armée syrienne  libre (ASL) et des milieux diplomatiques et institutionnels, les journalistes du monde sont parvenus à démêler l’écheveau des pistes. « Ce que nous savons, c’est qui possède les preuves de l’utilisation du gaz chloré. C’est déjà beaucoup. Nous n’avons pas nous-même pu avoir accès à l’intégralité de ces preuves, mais nous savons avec certitude que La France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis les ont », ajoute le journaliste. Ces preuves seraient des interceptions de communication entre les différents niveaux de la hiérarchie militaire syrienne, mais aussi des « morceaux de vecteurs » récupérés par les britanniques sur place et ayant servi à répandre le chlore. « Pour l’instant aucun des Etats n’a démenti », affirme Jacques Follorou.

Contournement de l’interdiction des armes chimiques

Cette utilisation de chlore à des fins militaires viendrait violer le traité sur les armes chimiques et la Convention sur l’interdiction des armes chimiques, signés par la Syrie le 14 septembre 2013, et qui doivent être actés le 30 juin. « Le régime a réussi à contourner ces accords de désarmement en utilisant un produit, le chlore, qui n’entre pas, à l’Etat naturel, dans la catégorie des produits chimiques, complète Jacques Follorou.  Mais on peut jouer sur sa concentration pour lui donner le statut d’arme chimique. »

Des États frileux

Pour l’heure, cependant, comme le souligne l’enquête, les Etats en question, pour des raisons géopolitiques, ne semblent pas prêts à divulguer ces preuves, par peur de devoir être obligé de s’engager militairement contre Damas. « Les Etats sont frileux à cause, entre autre, de la question iranienne. C’est une chose d’avoir un témoignage sur place, mais ce qui les contraint à agir militairement ce sont les preuves scientifiques. Et nous avons montré qu’elles existent », conclut le journaliste. Reste qu’en attente d’une divulgation officielle, personne, en dehors des milieux avertis, n’a pu avoir accès à ces preuves.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :