Le pétrole : une arme géopolitique

Oil_well

La chute rapide des prix du pétrole a de graves répercussions politiques. La Russie et l’Iran, adversaires historiques de l’Arabie Saoudite, sont les plus durement touchés par la dévaluation de l’or noir. D’aucuns suspectent les saoudiens de se servir du pétrole pour achever leurs ambitions géopolitiques.

Les cours du pétrole sont à un niveau historiquement bas. Depuis le mois de juin les prix du baril d’or noir ont chuté de près de 45%, pour se situer actuellement autour de 56 dollars (contre 115$ il y a 6 mois).

« C’est un décrochement considérable qui aura des répercussions nettes sur l’offre pétrolière mondiale si les prix se stabilisent à ce niveau sur le long terme », explique Francis Perrin, président de Stratégies et Politiques énergétiques (SPE).

Logique de marché et arme géostratégique

Si le constat de cette débâcle financière est simple, les raisons sont plus complexes à cerner. Plusieurs niveaux de lecture se chevauchent, et comme souvent en matière de pétrole, la logique du marché se confond avec les visées géopolitiques des acteurs en présence : les Etats-Unis et la Russie, mais aussi et surtout l’Arabie Saoudite et les autres pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Un cartel né en 1960 pour pallier à une forte baisse des prix du pétrole.

Les douze membres de l’OPEP représentent aujourd’hui encore 35% de la production mondiale d’or noir. Un tiers de ces 35% est issu de l’Arabie Saoudite, de facto leader naturel du groupe. Depuis sa création, le cartel a toujours eu pour volonté de contrôler les cours du pétrole en fixant des quotas de production destinés à maintenir un prix du baril avantageux dans le but d’assurer revenus et parts de marché. Une arme autant économique que politique.

Cette logique est-elle à l’origine du niveau actuel des cours du pétrole ? « L’Arabie Saoudite semble entreprendre de rappeler à chacun, hors de l’OPEP comme au sein de l’organisation, qu’elle est l’unique reine au centre de l’échiquier pétrolier mondial », écrit le journaliste Matthieu Auzanneau sur son blog Oil Man, hébergé par le journal Le Monde.

Le 27 novembre, après une réunion des ministres du pétrole des pays de l’OPEP, l’organisation a décrété qu’elle n’allait pas réduire sa production (environ 30 millions de barils par jour), et donc laisser chuter les prix du baril.

La concurrence avec la production américaine de pétrole de schiste (8,5 millions de baril par jour contre 9,6 de pétrole conventionnel pour les Saoudiens), couplée au ralentissement de la demande de pétrole en Europe et en Chine et à la reprise de la production en Libye sont autant de facteurs susceptibles de saturer le marché du pétrole et de faire baisser les prix.

Certains observateurs voient dans le comportement de Riyad un moyen de pénaliser les producteurs de pétrole de schiste américains. Mais cela semble peu plausible, en tout cas dans l’immédiat. Ces derniers ne subiront pas, malgré des coûts d’extraction plus élevés que ceux de leurs concurrents du Golfe, un arrêt brutal de leur activité. « L’ensemble de la production de schiste est plus résiliente que prévu  », confirme Matthieu Auzanneau. Du moins à court et à moyen termes. « Pour autant que les prix actuels se stabilisent, la production de pétrole de schiste américaine sera encore élevée en 2015, même si les marges seront réduites  », explique Francis Perrin. « Bien qu’en dessous des prévisions initiales, elle sera même certainement en hausse par rapport à 2014  ».

L’Iran et la Russie, « victimes » principales

Les mécanismes de marché jouent un rôle prépondérant dans la situation actuelle, mais ils n’expliquent pas à eux seuls les causes profondes du maintien d’un niveau de production inchangé de la part de l’Arabie Saoudite, malgré la baisse des cours. Si Riyad a décidé de ne pas réduire sa production, c’est aussi parce que des prix bas impactent directement deux de ses adversaires politiques de longue date : la Russie et l’Iran.

Le budget iranien, déjà plombé par un embargo international, est selon les estimations à l’équilibre avec un baril aux alentours de 140 dollars. Celui de la Russie l’est avec un baril à 114 dollars. « La baisse actuelle est dramatique pour un pays comme la Russie dont un tiers des recettes provient du pétrole, explique Francis Perrin. D’autant que le prix du gaz, indexé au prix du pétrole, baisse également et que s’ajoute à cela les sanctions économiques prises par les Etats-Unis et l’Europe suite à l’annexion de la Crimée et le soutien apporté par Moscou aux indépendantistes de l’est de l’Ukraine ».

Selon le ministre russe des finances Anton Silouanov, l’impact des sanctions occidentales (chiffré à 40 milliards de dollars) ajouté aux conséquences directes de la baisse des prix du pétrole, aura pour résultat un creusement de la dette du pays de 110 à 130 milliards de dollars sur l’année 2014. Une somme considérable qui freinera le développement des coûteux projets d’hydrocarbures prévus dans l’Arctique russe.

Hasard ou non du calendrier, les vagues de sanction économiques mises en application dès juillet contre la Russie ont coïncidé avec le début du décrochement des prix du pétrole. Une aubaine pour les stratèges de Washington et de Bruxelles qui peinent à se sortir du bourbier ukrainien, mais surtout pour l’Arabie Saoudite, adversaire de longue date de l’Iran et du régime de Bachar Al-Assad soutenu par Moscou. « Difficile d’imaginer une concordance plus optimale entre intérêts économiques et intérêts géopolitiques  », confirme Steve LeVine, journaliste américain spécialiste des questions énergétiques pour le site Quartz.

Le Kremlin n’a pas tardé à accuser Riyad et Washington d’influencer les prix pour des raisons politiques. « Ceci est de la manipulation politique, et l’Arabie saoudite est elle-même manipulée (ndlr. par les Etats-Unis)  », aurait récemment accusé le vice-président de Rosneft, Mikhail Leontyev. Réalité ou rhétorique anti-américaine habituelle ?

« Qu’il y ait une volonté de l’OPEP de manipuler le marché pour notamment pénaliser l’économie russe est l’hypothèse la plus plausible  », confie à Ijsberg Magazine une source proche des milieux pétroliers.

Un sentiment partagé par le journaliste américain Thomas Friedman, triple lauréat du prix Pulitzer et chroniqueur au New York Times : « il est difficile d’affirmer que l’alliance entre américains et saoudiens est délibérée ou une coïncidence d’intérêt, mais si elle est explicite, alors nous sommes clairement en train d’essayer de faire subir au président Poutine et à l’Ayatollah Ali Khamenei ce que les américains et les saoudiens ont fait aux derniers leaders de l’Union soviétique : les pomper jusqu’à la mort, les pousser à la faillite en baissant les prix du pétrole à des niveaux en dessous de ce que Moscou ou Téhéran ont besoin pour financer leur budget.  »

Des propos corroborés par Rashid Abanmy, président du Saudi Arabia Oil Policies and Strategic Expectations Center, un centre d’analyse stratégique saoudien basé à Riyad, interrogé le 10 octobre dernier par l’agence de presse turque Anadolu : « Avec le déclin de la demande de pétrole, la raison ostensible de la chute des prix est d’attirer de nouveaux clients, mais la raison réelle est politique : l’Arabie Saoudite souhaite que l’Iran limite l’expansion de sa force nucléaire, et que la Russie change sa position de soutien au régime de Bachar Al-Assad en Syrie. » Pour faire pression, « Riyad vendra du pétrole en dessous du prix habituel, à 50-60$ le baril sur les marchés asiatiques et nord-américains ». Une prédiction qui s’est confirmée : deux mois après cette déclaration, les cours ont effectivement basculé sous le seuil de 60$ le baril.

Manipuler les prix de l’or noir pour ruiner l’économie russe

En mars dernier, suite à l’annexion de la Crimée par le Kremlin et aux premières sanctions économiques occidentales, une série de déclaration ont été faites en vue d’affaiblir la Russie en manipulant les prix de l’or noir. « L’effet dissuasif le plus fort est dans les mains des Etats-Unis parce qu’ils peuvent inonder le marché de pétrole issu de leur réserve stratégique  », déclarait fin mars George Soros, milliardaire américain propriétaire de fonds spéculatifs. « Cela permettrait de réduire les prix du pétrole et ruinerait l’économie russe dépendante de ce dernier  ». Soros pensait alors que les sanctions prises contre certains oligarques russes seraient contre-productives.

Les réserves stratégiques évoquées par le milliardaire sont les 691 millions de barils de brut issus de la Réserve Stratégique de Pétrole américaine constituée en 1973 suite au premier choc pétrolier dans le but de prévenir toute pénurie en cas de crise internationale et de raréfaction des importations pétrolières.

« Les Etats-Unis n’ont désormais plus besoin d’une telle réserve stratégique de pétrole, a écrit en mars dernier dans le Financial Times l’économiste Philip Verleger. Ils pourraient facilement vendre 500 000 à 750 000 barils par jour pendant deux ans et conserver le minimum légal de 90 jours d’importationSi les Etats-Unis décidaient de cela, le prix mondial du pétrole chuterait de 10-12$… ce qui infligerait un mal substantiel à la Russie… et profiterait aux consommateurs européens.  »

Mi-mars, quelques jours avant la publication de l’article de Philip Verleger, le gouvernement américain a vendu 5 millions de barils de sa réserve stratégique. L’administration a nié tout lien entre la vente et l’annexion de la Crimée, mais ce geste a alors été interprété par de nombreux analystes comme un signal lancé à Moscou, destiné à montrer que les Etats-Unis étaient en mesure de frapper l’économie russe. Malgré cet avertissement de Washington, cependant, le projet avancé par Philip Verleger et George Soros ne s’est pas réalisé.

S’il est trop tôt pour tirer des conclusions hâtives – les effets de hausse et de baisse des prix sur le marché du pétrole réagissent au temps long – en 1986, c’est une dégringolade similaire des cours (alors à 13$/baril) qui a provoqué en partie, cinq ans plus tard, la chute de l’Union Soviétique. Une dégringolade qui, on l’a appris ensuite, avait été orchestrée par les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite.

=> Lire mon enquête sur le site d’Ijsberg Magazine en cliquant ICI

Commentaire d’un lecteur avisé :

L’Arabie Saoudite veut d’autant plus affirmer son statut de “reine” qu’elle a même décidé de s’affranchir d’une éventuelle décision ultérieure des états de l’OPEP qui serait contraire à ses propres intérêts : http://www.reuters.com/article/2014/12/21/us-oil-prices-saudi-idUSKBN0JZ05W20141221
– Les démentis étant parfois plus révélateurs que les refus de commenter. L’insistance avec laquelle les responsables saoudiens démentent l’existence d’un “complot” est révélatrice en soi d’une volonté de ne pas laisser s’instiller cette idée : http://www.boursier.com/actualites/reuters/petrole-ryad-ne-reduira-pas-sa-production-meme-si-d-autres-le-font-168271.html
– C’est intéressant de constater également, qu’outre l’Iran, c’est aussi l’Irak qui risque de souffrir (par ricochet) de la chute des cours du pétrole. En effet, au début de l’année (avant donc le changement de gouvernement), on évoquait l’idée d’une alliance Irako-iranienne pour concurrence l’Arabie Saoudite. L’Irak cherchant à moderniser ses infrastructures et à accroître sa position :http://www.telegraph.co.uk/finance/newsbysector/energy/10601899/Iraq-and-Iran-plot-oil-revolution-in-challenge-to-Saudi-Arabia.html

Par ricochet, les investissements dans ces infrastructures sont désormais moins attractifs et cette perspective (combinée à la stagnation de la situation iranienne liée aux sanctions) fait apparaître cette possibilité plus lointaine.

Au final, on a une convergence d’intérêts assez remarquable (malgré quelques dégâts collatéraux pour les États-Unis et même les pays de l’Opep, qui ne suffisent pas pour parler de piège pour les USA je pense).
La situation permet de causer des troubles économiques et financiers à la Russie : À ce titre, les déclarations d’Obama concernant Vladimir Poutine qui n’a pas l’air d’être en mesure de rouler l’Amérique car il préside un état dans une triple crise monétaire, économique et financière prennent un sens assez particulier.
La situation cause également des perturbations économiques à des états comme l’Iran ou le Vénézuela…
Elle maximise les potentialités de négociations nucléaires “fructueuses” pour les intérêts américains avec l’Iran si sa situation économique s’aggrave tout en minimisant ses capacités d’influence en Syrie, en Irak (mais aussi dans la péninsule arabique).
Elle permet de donner un peu d’air aux alliés européens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :